15 mai 2018

On te parle d’Amour avec Rox

Crédit photo : Irina Popa


Rox aka Eric Chicherio a de la bouteille, depuis près de vingt ans qu’il pratique sont art, démarré au bout du Lac Léman. On  a eu l’opportunité d'échanger avec le généreux MC genevois, qui  nous a parlé d’amour et de partage, autour de quelques confidences.


Rox commence le rap dès son plus jeune âge, en 1994 au sein du groupe Le D.U.O, (Dangereux Uppercut sur les Ondes) formé avec Jonas, son poto de longue date.






C’est après avoir surpassé plusieurs peines et tenté de dépasser ses contradictions, que le Renard renaît de ses cendres, et il l’affirme:  “L’Amour vit" ! Une certitude qui découle de ses joies et souffrances, la perte de ses parents ne fait que confirmer cette évidence. Jusqu’à ce moment fatidique, il lui était parfois difficile de parler  librement d’amour, un peu avare dans l’aveu de ses sentiments. Le moment de la délivrance semble être atteint, Rox se lâche, parle de l’influence positive que ses parents militants et engagés d’extrême gauche, ont eu sur lui :

“… Rois du rap et des couillons / Je me suis auto intronisé / la poutre dans l’oeil / Ok,  j’ai peut-être sorti un disque ou deux, même souvent seul / Adulé sur scène,  je chiale dans les coulisses / Le temps passe, la roue tourne vite, 12 piges de métier / Hier le Père est parti, mes rêves et valeurs sont émiétés / J’veux plus être animateur, ni mari / Au pied du systeme comme un bon petit caniche / J’ai vu le social sombrer dans le capitalisme / Nombre de frères et soeurs, dans un amère fatalisme / Ecoeuré par la récupération de la religion,  la violence qu’engendre certaines relations / Il est peut-être temps d’aller voir ailleurs si j’y suis / Je me prenais pour un dur à cuire c’était du simili..." - Renard 2.0 !






“En pleine forme, dans la force de l’âge…” La quarantaine atteinte, il a recollé peu à peu les morceaux. Le bon moment arrive, son introspection est faite, place à l’humilité :

“J’ai pas vingt ans et je monte sur un piédestal / Décèle un future qui m’échappe / Au fur et à mesure  je perds les pédales / C’est clair que je flippe, mais j’ai une image à tenir / C’est sûr qu’à l’avenir je pourrai plus me complaire dans ce rôle de caïd / Tellement pas crédible / S’il n’y a que moi qui l’ignore je l’apprendrai à mes dépends de gré ou de force / L’enfant doit grandir, escalader les bosses / L’adulescent laisser la place à un homme en chair et en Rox / En attendant c’est la guerre des boutons / Les raisons pour lesquelles nous nous battons me font gerber / Par vanité j’ai planté un frère / Etat d’ébriété sur la voie publique / C’est le cadet de mes emmerdes / C’est pas d’une nuit en garde à vue, ni en taule dont j’ai honte / (mais) d’avoir cautionné cette violence gratuite / Submergé par la rage / Déjà tellement de dégâts / Sans le rap je n’ose pas imaginer / 

Rap médecine / MERCI ! / De m’avoir permis de devenir MC / Je persiste et signe par l’écrit / Dessine l’esquisse d’une guérison / Rap médecine…”






Il nous le confirme... l’Amour vit ! Une personne compte particulièrement dans sa vie, et il  remercie "Celle qui m’aide tous les jours à être un homme heureux”.

Rox se réconcilie avec lui-même :


“L'Amour donne des ailes et aimer, aimer / J’te parle pas de like sur les réseaux sociaux, non ! Aimer, aimer ça commence déjà par soi / Sinon comment aimer les autres ?”

C’est au travers du titre ÂimEr qu’il dévoile un bout de son être, de son âme. Il partage dans un premier temps, sa dernière vidéo, auprès de ses proches et de personnes dont il souhaite avoir un retour personnel. Bingo,  nous en faisons partie ! 

Nous prenons le temps de lui répondre, après imprégnation. Nos premières impressions : une très belle sensibilité transmise. Rox dévoile son intimé, pudique et à la fois généreux. Il nous avoue que ça n’a pas été simple de convaincre sa douce de laisser entre la camera dans leur refuge.  L’image est belle, bien structure, nous donne un aperçu des différents moment de sa vie. 

Mais ici pas de voyeurisme, Rox donne de lui, mais pas trop tout de même. Eric expose un échantillon bien sélectionne de son histoire, son amour,  son intérieur,  ses parents disparus, ses proches, ses lives. On notera la qualité de l’image produite par Chispa pour Geneva Spark. Le niveau d’écriture du Renard s’affine, amplifié par la prod percutante de DJ Dan !

Et il nous le dit encore et encore

“…Aimer, aimer, des toutes les solutions c’est elle qui s’impose…”


Enregistrer un commentaire

Whatsapp Button works on Mobile Device only

Start typing and press Enter to search