Live Report : Jacob Banks @ Epicerie Moderne (09/04/19)

© Renaud Alouche


Le phénomène Jacob Banks posait son groove hier soir sur la scène de l’Épicerie Moderne, à Feyzin, l’occasion rêvée de vérifier si le britanno-nigerian représente réellement la relève de la soul moderne, comme beaucoup de professionnels s’accordent à le dire.


En ayant lancé sa carrière à seulement 21 ans avec la sortie de The Monologue (2013), Jacob Banks avait déjà affolé les critiques avec un timbre de voix incohérent pour son âge, lui offrant une liberté vocale très prometteuse.


© Renaud Alouche


On laisse donc mûrir et on le retrouve cinq ans et deux EP plus tard, pour la sortie de son premier album Village (2018), un album complet oscillant entre soul, hip-hop, et r&b sans perdre en homogénéité ni en authenticité. Jacob Banks fait ensuite une apparition sur COLORS qui rencontre un franc succès, et enchaîne avec une tournée bien chargée.





La voix prend aux tripes dès les premières notes, le jeune anglais sait nous parler, qu’importe la langue, le public reste contemplatif pendant les deux trois premiers morceaux, sans vraiment trop croire qu’une telle voix peut sortir de ce mec au visage parfait.

En fermant les yeux on arrive à imaginer Charles Bradley par la puissance, Otis Redding par le gémissement tout en finesse ou même Son House dans ce grain si marqué.

Tout ça dans le même homme vous dites ? Oui, sans hésiter, Jacob Banks a su travailler sa voix intelligemment ses dernières années pour réussir à en avoir un contrôle total, l’amenant où il veut, quand il veut, et se permettant même de chanter en faisant sauter ses oreillettes de retour…


© Renaud Alouche


Il faut dire que notre star du soir est bien accompagnée, avec un duo basse-batterie assuré respectivement par Michael Hamilton et Harold Brown, offrant une base de groove inaltérable, quelque soit le style du morceau. Ce à quoi s’ajoutent Heather Rivas aux claviers et  Daniel Byrne à la guitare, apportant de la profondeur au live, et quelques solos mémorables comme sur Chainsmoking pendant le rappel.


© Renaud Alouche


Résultat des courses, le poulain très prometteur de la soul moderne britannique ne déçoit pas, sans être une bête de scène, il délivre pourtant une prestation entière, tout en restant humble.

Il distribue de l’amour pendant plus d’une heure et demie, offrant au public un live très large dans le style, allant de la soul profonde limite gospel, jusqu’à une superbe reprise de Fix You de Coldplay, en passant par un blues très rock, ou encore un r&b très nigérian. La voix de Jacob Banks restant le fil d’Ariane auquel le public s’accroche tout au long du concert, rassurante, émue, puissante et déroutante.


© Renaud Alouche

Photos & Texte : Renaud Alouche

Report
avril 10, 2019
0

Commentaires

Rechercher

cette semaine

Report : Navy | Trace Release Party | Chromatique (13/11/19)

Juste avant de décoller pour Genève, la rédaction était conviée à la release…

Awori & Twani - Cortex Iuxta

Galant Records sort le septième épisode de la série Seeds , qui voit la ren…

Sean Price & Lil Fame - Center Stage

Cela fait des années que circulait une rumeur d'album du regretté Sean …