2 Places à gagner | WomenBeats | Alimentation Générale | 21/12

Nouvelle déclinaison du Dérives Festival à Paris la première édition du WomenBeat met à l'honneur le défrichage musical par des artistes féminines.


Un événement qui capture depuis une autre focale, l'actuelle effervescence culturelle mondiale. Pensé par des femmes mais à destination de tous, la soirée du 21 décembre à l'Alimentation Générale promet de nouvelles perspectives et ramène un peu de rééquilibrage dans les décisions artistiques.

Deux places sont à gagner, pour tenter sa chance, envoyez un mail à alpha@legrostasdezik.com. Les gagnant(e)s seront contacté(e)s vendredi. Bonne chance à toutes et à tous !

WomenBeats #1


WomenBeats est un tour du monde festif du défrichage musical et de la découverte culturelle vu par des artistes féminines.

Dérives Festival lance ses soirées hors-série pour vous dépayser même en hiver, et pose ses valises au centre de Paris pour mettre en valeur la diversité culturelle du monde entier représentée au sein de la capitale. Avec un fil directeur : les femmes à l’honneur !

La première édition #WomenBeats vous fera dériver à travers les continents : on commence au Brésil avec une roda de samba inédite à Paris en première partie de soirée, puis nos 2 DJs globe-trotteuses vous embarquent toute la nuit pour un voyage de la scène électro-tropicale des Amériques aux rythmes percussifs d’Afrique de l’Ouest en passant par les sonorités envoûtantes du Maghreb.

SAMBADA MINA (BRÉSIL/FRANCE)


Sambada Mina est née de la rencontre entre deux musiciennes passionnées par la samba et les rythmes brésiliens : Mathilde Honigman et Emilia Chamone. Dans ce nouveau projet, elles se consacrent à une recherche musicale et poétique autour de morceaux interprétés et composés par des femmes au Brésil. Un répertoire qui ondule sur des airs de représentativité, de philosophie du vivre ensemble, des forces de la Nature, des libertés, et d’amour !

Mathilde Honigman (chant)
Emilia Chamone (percussions)
Lucimara Bispo (percussions)
Musiciens invités : Jean Brogat-Motte (guitare 7 cordes), Pedro Barrios (cavaquinho)
Invitées d’honneur : Júlia Donley (flûte), Karina Paim (pandeiro et voix)

MATHILDE HONIGMAN


C'est en découvrant la musique brésilienne à l'âge de vingt ans que Mathilde Honigman se met à chanter. Cette parisienne débute avec la bossa-nova et la musique populaire brésilienne, avant de s'installer dans la samba, ses textes, ses rythmes et son énergie incomparables. Sa voix suave et chaleureuse vous emmène aux confluents des musiques de ce pays si cher à son cœur, dont elle a su sentir l'essence. Mathilde chante la samba, art de vivre et quotidien d'un peuple qui met toute sa vie en chanson.

EMÍLIA CHAMONE


Percussionniste, ethnomusicologue et pédagogue, Emilia Chamone a soutenu un doctorat en ethnomusicologie à l’EHESS/Paris. Professeur de rythme et de formation musicale danseur aux conservatoires parisiens Paul Dukas (12ème) et Mozart (1er), elle travaille également comme musicienne intervenante à la Philharmonie de Paris. Elle a joué avec plusieurs artistes en France et au Brésil comme Karine Huet, Chico Lobo, Zalindê, Tabajara Belo, Yure Romão, Prucutrutrá, Sarandeiros, Bantuquerê, Uakti Oficina, etc.

LUCIMARA BISPO


Percussionniste, batteuse et professeure de musique. L’étude de différents genres
musicaux lui a permis de jouer avec plusieurs artistes de la musique, du théâtre, de la danse et du cinema au Brésil et dans d’autres pays.

Parmi plusieurs CDs enregistrés, Sementeira – Sons da Percussão avec l’icône de la percussion brésilienne Naná Vasconcelos.

LES + :
- les rodas de samba sont très populaires à Paris mais sont quasiment toutes portées et composées d’hommes en majorité. De plus, le répertoire populaire de samba brésilienne contient des morceaux aux paroles sexistes et dénigrantes pour les femmes. À travers ce projet, les artistes de Sambada Mina remettent les paroles au coeur de la musique en choisissant des chansons au message positif et bienveillant.
- grands noms de la samba parisienne invités et première date du groupe (musiciens issus des plus grandes rodas de Paris comme Roda do Cavaco, Samba Cidade Luz, Zalinde…)

MAFE MARACUYEAH (COLOMBIE / USA)


Mafe Maracuyeah est américaine et colombienne, et représente le son des migrations. Après une enfance entourée de chanson traditionnelle à Bogota et une adolescence punk rock en Floride, elle s’installe à Washington DC où elle devient l’ambassadrice de la nouvelle scène latino à travers ses soirées « Maracuyeah ». DJ, promotrice et activiste de cette scène latine alternative, elle s’est depuis installée à Paris où elle a monté le festival Latin Beat Machine et a continué à mixer dans des salles telles que la Bellevilloise, le Cabaret Sauvage ou encore le Comptoir Général.

Ses sets inspirés mélangent les rythmes latino-américains traditionnels et la musique électronique, le tout résolument orienté dancefloor. Elle a partagé la scène avec les maestros du courant Electro-tropical comme Bomba Estéreo, Isa GT, Kumbia Queers, Uproot Andy, Chico Trujillo et bien d’autres encore. DJ Mafe Maracuyeah fait danser les foules au son de ce qu’elle appelle la « Quinceañera bass », subtil et détonnant mélange de sons electro latinos.

LE + : Mafe est l’une des DJs et productrices de soirées les plus actives de la scène latine alternative aujourd’hui à Paris et parvient à fédérer sa communauté autour du développement de la scène latine alternative comme peu d’artistes y parviennent.

WONDERBRAZ


Wonderbraz mixe avec maestria des musiques du monde que l’on n’a pas souvent l’occasion d’écouter. Des musiques à la fois populaires, traditionnelles, anciennes ou actuelles, qu’elle a ramenées de ses voyages ou que des amis d’autres contrées lui ont confiées.

Des trésors, des collectors. Des morceaux électro-exotiques, des mélodies hip-hop dépaysantes, des bombes métissées. Chercheuse de sons non formatés et activiste culturelle concernée par la libre circulation des artistes et des oeuvres, Wonderbraz balance, avec naturel, des sons du monde à effet garanti sur le dancefloor.

LE + : l’expérience, le défrichage musical, la qualité de la sélection, l'éclectisme et le mélange des genres.
15:39
0

Commentaires


Rechercher

Recent Comments

Formulaire de contact