Focus : la scène brésilienne, par João Selva

déc. 30, 2019 0 comments

Du 4 au 8 décembre se tenait à São Paulo la 7e édition de la Semana Internacional de Musica. L’occasion de prendre le pouls de la scène brésilienne en cette fin d’année.


D’un côté, 2019 est une très mauvaise année pour les créateurs brésiliens : suppression du Ministère de la Culture, coupures budgétaires à foison, marginalisation des artistes au sein de la société, retour en force de discours fascistes et discriminants. Il est loin le temps où Gilberto Gil était ministre de la culture et donnait des ailes à toute une nouvelle génération de musiciens ! Mais d’un autre côté, les artistes font contrepoids aux régressions proposées par Bolsonaro, s’élevant par leur art au dessus du raz de marée conservateur. 



Fer de lance de ce mouvement, les femmes issues du hip hop, qui font de chaque show l’occasion d’exprimer leur rage envers la société patriarcale, raciste et libérale. En ce sens, la talentueuse Bia Ferreira semble être l’une des principales porte-paroles de sa génération. Dans un autre registre, l’artiste transgenre Liniker & os Caramelows gagne en maturité, signant un second album plus intimiste.



Pour des sons plus emprunts de tradition, détour obligatoire du côté de Bahia pour découvrir la songwriter Josyara – née à Juazeiro, même ville qu’un certain João Gilberto



Ou bien à Pernambuco, où la rappeuse Jessica Caitano du combo Radiola Serra Alta se lance en solo avec l’appui du producteur Chico Correa.



Une autre nordestine adepte du sound-system, Luiza & Os alquimistas vient tout juste de sortir son premier album, mélange de brega et baile funk. Rythme que la paulista MC THA n’hésite pas à rapprocher aux incantations et tambours de l’umbanda.





On note aussi l’éclosion d’une scène urban jazz proche du milieu hip hop et bien représenté en la personne de Jonathan Ferr. Sideman de nombreux chanteurs, il vole désormais de ses propres ailes et c’est une très bonne nouvelle !



Le producteur DJ NIACK, connu pour être le dj du rappeur Emicida depuis 2007, est aussi dans les bons coups.





On le retrouve dans le band qui accompagne le jeune Zudizilla, énorme talent à suivre ! Mais aussi derrière les platines pour la chanteuse Luedji Luna, qui gagne énormément à frotter la douceur de sa voix à la fronde de la scène hip hop.





Pour aller plus loin, voici une petite liste avec les 50 sorties à ne pas rater en 2019, concocté par blog Tenho Mais Discos que Amigos.

Commentaires

Related Posts

{{posts[0].title}}

{{posts[0].date}} {{posts[0].commentsNum}} {{messages_comments}}

{{posts[1].title}}

{{posts[1].date}} {{posts[1].commentsNum}} {{messages_comments}}

{{posts[2].title}}

{{posts[2].date}} {{posts[2].commentsNum}} {{messages_comments}}

{{posts[3].title}}

{{posts[3].date}} {{posts[3].commentsNum}} {{messages_comments}}

Recent Comments

Formulaire de contact